mer. Avr 17th, 2024
Sortie pour la société viennoise controversée de logiciels d’espionnage DSIRF
Rate this post

La société viennoise de logiciels d’espionnage DSIRF se ferme. Entre autres choses, elle est devenue connue pour être sur un Liste d’avertissement Microsoft avait atterri. Le groupe américain avait déterminé que DSIRF Spyware devrait vendre lequel sur Exploits zero-day dans Windows et Produits Adobe basé. Le cheval de Troie d’état développé par DSIRF sous zéro censé être illégal pour des attaques contre des clients Microsoft dans L’Europe  et Amérique centrale ont été utilisées. Devrait aller aux victimes cabinets d’avocats, banques et consultant en gestion dans des pays comme L’Autricheau Royaume-Uni et Panama ont entendu, dit-il dans un article de blog.

Liens également du DSIRF vers le Kremlin et vers l’ancien responsable de Wirecard Jean Marsalek sont accusés de l’entreprise, comme l’a rapporté la future zone.

« Logiciel injustement discrédité »

À la suite des allégations, le Direction de la Sûreté de l’Etat et du Renseignement (DSN) pour enquêter contre DSIRF. Selon le profil, le propriétaire ferme désormais tous les magasins car il estime avoir été traité injustement L’Autriche et l’Allemagne.

Sortie pour la société viennoise controversée de logiciels d’espionnage DSIRF


B2B

Microsoft met en garde contre un éditeur de logiciels viennois

« Le développement du logiciel Subzero, qui a été à plusieurs reprises injustement discrédité dans les médias, sera arrêté et les entités juridiques associées seront liquidées », indique un communiqué de la DSIRF. En plus d’autres produits, l’entreprise a développé un logiciel qui ne doit être utilisé que par les autorités de la région DACH. « Cela devrait contribuer à créer des capacités techniques pour la conservation des preuves en rapport avec des infractions pénales graves dans le cadre des exigences légales et légales au sein de l’UE et de ses États membres », poursuit-il. Une vente ou un transfert à des institutions non officielles n’a jamais été prévu.

Voir aussi  Ex-manager de Tesla : quiconque n'est pas d'accord avec Elon Musk sera licencié

Tous les investissements sont arrêtés

DSIRF regrette en outre la fuite de données signalée par Microsoft. Selon l’entreprise, il y avait une coopération permanente avec les autorités. « Dans ce contexte, les allégations faites par les médias selon lesquelles DSIRF promeut et vend des logiciels espions ou développe des logiciels de reconnaissance faciale ont toujours été fausses. » Les allégations de faire des affaires avec la Russie et les liens avec Wirecard sont également fausses.

Au DSIRF avait le Fondation B&C, qui a été fondée par Bank Austria il y a plus de 20 ans. A également négocié que Ministère de l’intérieur et de la défense avec la DSIRF et la filiale Systèmes d’apprentissage automatique sur les produits de cybersécurité. Cependant, c’est maintenant de l’histoire ancienne. L’implication de Fondation B&C a été dissous et tous les investissements en Autriche sera interrompu. « C’est à mon détriment, mais encore plus au détriment du pays », déclare le propriétaire et ajoute : « Les gens préfèrent acheter des logiciels non contrôlables à des pays tiers comme les États-Unis ou Israël – cela semble souhaitable. C’est pourquoi nous disons au revoir à la zone germanophone avec une perte financière énorme ».